La déshumanisation automatique

Ici sont nos pensées au sujet de « La déshumanisation automatique »

Il devient plus en plus conditionné et automatique, en raison de la "comfortabilistic" normes et procédures du fonctionnement humain.

Par ailleurs, l’être humain est aussi devient de plus en plus dépendante et esclave des machines toujours plus intelligents.

Cela entraîne un risque de confusion générale et « perte » de l’humanité dans une vie plus ou moins automatique ou programmée, sans réel « libre arbitre », dirigée par certains cerveaux artificiels Super soit par certains cerveaux humains Super.

Cette opération génère un risque trop élevé de « guerre automatique », qui, si nucléaire, conduira à la fin de la vie sur la planète.

Et Pendant ce temps, en tout cas la vie humaine ne sera pas une vie naturelle, mais juste une vie mécanique des « organes », de manger et de profiter, qui devenait incapable de remplir leur mission : portant l’esprit humain et la pensée, dans le cadre d’une vie spirituelle mondiale, y compris toutes les formes de vie naturelle (et même les choses censés être sans vie (tel que nous le définissons actuellement) comme les minéraux).

En outre, ces « automatiques » des êtres humains, ayant perdu leurs caractéristiques spirituelles naturelles, continuera exploitant et détruire la planète et autres formes de vie, pour nourrir leurs bêtises et cupidité illusoire du plaisir matériel.

Bien qu’il soit un « risque à long terme » (peut-être pas pour ce siècle), ce sujet est très important.
Nous avons besoin de bénévoles, de travailler dessus.

Remarque : étant donné qu’ils sont "auto protégé », « par nature », contre ces problèmes de conditionnement social et les « Troubles Non-autiste », et qu’ils sont plus liés à la spiritualité, les personnes autistes peuvent être très utiles pour lutter contre ce problème.
Si les choses empirent, dans les décennies à venir, les autistes (et autres « minorités mentales ») peuvent être les seules personnes restantes avec assez d’habileté pour mettre fin à ce cauchemar, s’ils trouvent des moyens d’y parvenir.